Sandrine Elberg, Photo satellite

Après le très beau Cosmic, Sandrine Elberg publie M.O.O.N second livre auto-édité. On retrouve des obsessions pour un imaginaire spatial, froid et minéral, avec une suite de détails mystérieux et de paysages abstraits qui nous font voyager de l’infiniment grand à l’infiniment petit, du cosmique à l’intime. Encore une fois, c’est un lent travail d’expérimentation en chambre noire, assorti d’un soin maniaque apporté à l’objet livre qui confère toute sa magie à cet univers singulier. 
Chacun des exemplaires de cette série limitée à 500 est unique, avec une couverture réalisée à la main par l’artiste à l’aide d’un pochoir et une intrigante pochette plastique transparente. Cet ouvrage est aussi un hommage à Valentina Terechkova, première femme cosmonaute envoyée dans l’espace. 
Même si elle n’aura voyagé que par procuration, Sandrine Elberg se confronte ici aux confins de la perception. À l’heure de la dématérialisation généralisée, elle stimule nos sens et notre inconscient, sans un mot, en silence par le simple agencement de l’encre et du papier. On se laisse embarquer.
Julien Bolle / Reponses Photo Magazine, photobooks 01/2020

 

  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle