• Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle

Cosmic – Une exploration du photographique de Sandrine Elberg 

“Ce que je ne vois pas, je le photographie. 

Ce que je ne photographie pas, je le vois.” Man Ray

 

Ici, la photographie relève d'une authentique entreprise poétique. Un monde à inventer s'affirme dans un geste de création pour convoquer notre regard et notre imaginaire, au gré d'une odyssée visuelle aussi mystérieuse que merveilleuse.

 

De fait, la photographie telle que l'approche Sandrine Elberg est une photographie qui nous parle d’elle, de ce qu’elle est dans sa matérialité et le geste qui la produit. Ce que nous voyons, d’un tirage (unique) à l’autre, ce sont des “effets de photographie” qui visent – à travers l'expérimentation - à en explorer la nature, la profondeur et le mystère. Une exploration en deça ou au dessus du miroitement superficiel des phénomènes et contre le “programme” qui lui est assigné par les appareils*.

De l’infiniment grand à l’infiniment petit, nous voilà confrontés à une géographie inconnue, celle d’objets et de paysages (stellaires) qui s’imposent au regard par la seule force de leur présence et densité photographique

 

En un sens, Sandrine Elberg nous montre comment le photographe peut  fabriquer des images (des états de choses nouveaux) et rompre la longue traine des images sans cesse renouvellées et répétées.

J.B Guey - Galerie les Bains Révélateurs (2019)

*Lire à ce sujet la thèse de Vilem Flusser Pour une philosophie de la photographie.