• Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle

Sandrine Elberg puise son inspiration en quête de territoires aux climats hostiles pour réaliser des photographies lunaires propices à l'imaginaire collectif. L'artiste propose des photographies qui activent notre capacité de projection, de rêverie et de spéculation, tout en interrogeant la réalité scientifique de la photographie. Elle expérimente la consistance même du medium photographique, en déclinant ses possibilités techniques et esthétiques.

Une part considérable de son travail consiste à intervenir sur ses images que l’artiste nomme ses archives photographiques. 

Dans son atelier, une fois la photographie choisie, Sandrine Elberg commence un travail méticuleux mêlant des interventions sur le négatif, jouant avec l’altérité des matrices soit en positif, soit en négatif comme support de création. Influencée par les surréalistes, elle crée sciemment des photogrammes et des images solarisées.

En parallèle, son attrait pour les voyages lointains l’invite à conduire des projets inspirés des récits de Jules Verne Voyage au centre de la terre et De la terre à la Lune ainsi que l'oeuvre cinématographique de Georges Méliès. 

A considerable part of Sandrine Elbergʼs work involves experimentation. Once the photograph is chosen, the artist begins a meticulous process of applying different techniques directly onto the negative. She plays with the otherness of matrices, either positive or negative, as a support for creation.

Influenced by the surrealists, Sandrine Elberg deliberately creates unique images using multiple manipulations that require patience in the darkroom and total dedication to the medium.The precision and poetry of these actions, however, do not diminish the destruction done to these photographs. The altered image becomes a sublimated image.