• Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle

Avec « Cosmogonie », l’infiniment petit se dévoile à Aix

Des paysages lunaires invisibles à l’oeil nu mais révélés par la photographe Sandrine Elberg.

Sandrine Elberg, par une technique de « solarisation » et de manipulation de négatifs, crée des clichés où le miniature devient gigantesque.

Alors que la Chine vient de marquer une date dans l’histoire de l’exploration spatiale en dévoilant au monde la face cachée de la lune, à Aix, « La Fontaine Obscure » met en lumière le travail d’une photographe qui cherche l’immensité dans l’infiniment petit, jusqu’à conférer à ses clichés une illusion lunaire saisissante : l’artiste parisienne Sandrine  Elberg exposera jusqu'au 26 janvier, ses images issues de « Cosmogonie », collection où elle étudie la photographie « cosmique » par un procédé sans appareil dont l’image se révèle à la lumière de l’agrandisseur.

En triturant ses négatifs, en « solarisant » ses archives, Sandrine Elberg fait surgir un monde à la fois miniature et infini, où la moindre poussière minérale adopte la silhouette d’une inquiétante planète. à la fois surnaturel et « simplement » scientifique, un art à découvrir à la Fontaine Obscure mais aussi, en toute logique, au planétarium Peiresc.

Sabrina Guintini - La Marseillaise 10/01/2019