Sandrine Elberg, Les Insomnies : études photographiques pendant le confinement

Les photographies de Sandrine Elberg nous projettent vers un monde infiniment inconnu ou flirtant avec nos utopies les plus vaines. Diplômée d’un DNSAP à l’ Ecole des Beaux-arts de Paris, elle travaille avec l’argentique qui lui offre des possibilités visuelles improbables et accidentelles. C’est ainsi qu’elle crée un univers aux confins de rêves imaginaires, cosmiques et organiques, oscillant constamment entre la fiction et le réalité. Revendiquant la notion de sérendipité dans son travail, celui-ci s’apparente bien souvent à celui d’un scientifique expérimental, testant et manipulant les particules argentiques qu’elle cultive. Pour son projet des Insomnies, l’artiste propose plusieurs clichés obtenus lors du confinement national dû à la propagation du Coronavirus dans le monde.

Insomniaque, elle capture dans sa cuisine des éléments tels que des plantes et des champignons, combinés avec du papier et de l’aluminium pour y créer des univers cosmiques. La finalité de ces images qui deviennent des découvertes fortuites, des photographies qui créent la surprise lorsqu’elles sortent de la chambre noire, la lumière et les agents chimiques ont révélé une esthétique particulière, échappant à l’artiste, comme la naissance d’un nouveau monde.

Cristina Barroqueiro et Karl Julienne

 

K A Ï R O S Online exhibition, Françoise pour l'oeuvre contemporaine (2020)

  • Instagram - White Circle
  • Facebook - White Circle